dt.BLOG

03
avril

Le chef Jean Soulard prend sa retraite.

Publié par Dominic Tremblay

Le brunch de Pâques de dimanche dernier, du Château Frontenac de Québec, fût le dernier officier par le chef Jean Soulard,. Chef Soulard dirigeait les cuisines de ce prestigieux Hôtel de la chaine Fairmont depuis 1993, il accroche donc son tablier avec le sentiment du devoir accompli, 20 ans à se donner corps et âmes pour un des hôtels les plus prestigieux du Canada, c’est tout une charge de travail. Sans compter ces 7 livres de cuisines, les émissions de télévision qu’il anima et surtout supporter la pression d’être le visage du Château Frontenac.
Je voulais seulement rendre hommage à cet homme que j’ai eu la chance de rencontrer en 2006. Je suis tranquille à la maison en train de faire des menus et de mettre de l’ordre dans mes dossiers, le téléphone sonne et à l’autre bout de la ligne une voix relaxe qui me dit (Bonjour Dominic c’est Jean Soulard du Château Frontenac comment vas-tu?) tout de suite je me dis (qu’est-ce que j’ai pus dire, avec ma grande gueule, pour que ça se rende à Québec) ben non Chef Soulard me dis simplement qu’à chaque année il organise des semaines thématiques en mettant de l’avant des régions différentes au Québec et que pour représenter l’Estrie il voulait que le Café Massawippi soit la tête d’affiche. Le plus drôle c’est qu’il me dit ( pense à ça et reviens-moi avec ta réponse) je sais pas pour vous mais des fois dans la vie il y des décisions qui sont faciles à prendre. C’est certain que j’ai dis oui, voyons le chef Jean Soulard qui m’invite pour cuisiner aux prestigieux Châteasu Frontenac, un privilège qui ne se refusent pas.
J’arrive à Québec avec toute la petite famille, ordre de M Soulard, on ne laisse pas la famille à la maison. J’étais comme un enfant dans un magasin de jouet. Tout est trop grandiose, la cuisine, la salle de bal, les restaurants, les chambres etc……..
Nous avons été reçu comme des rois, paniers de fruits dans la chambre avec livre de cuisine signé par le chef lui-même, nous remerciant d’avoir accepté son invitation., porto et chocolat à la chambre pour Maryse, pendant que je cuisinais en bas, maison en chocolat remplis de SMARTIES pour les enfants, une fin de semaine de rêve.
Le titre de chef est depuis quelques années un peu, pas mal galvaudé, n’importe qui , qui cuisine un peu se donne du chef, un peu trop à mon avis. Par contre M Soulard, comme quelques autres au Québec, par son charisme, son calme, sa prestance impose le titre de chef, ça va de soi. Ce fût une rencontre marquante ou j’ai passé 2 heures avec chef Soulard à faire le tour du Château pour une visite personnalisée et surtout 2 heures à échanger sur le cuisine, la façon de diriger, les rencontres qu’il a fait au fil des années, je vous l’ai dis je trippais à fond.
Pour un ti-cul de Coaticook avoir son menu en vedette au Château Frontenac pendant 1 semaine fût un très grand honneur pour Maryse et moi, c’était comme un aboutissement pour toutes ces heures de travail.
J’ai tenté d’avoir M Soulard comme chef invité, étant le visage du Château, il ne pouvait s’engager à un autre endroit. Sa réponse fût: LORSQUE JE NE TRAVAILLERAI PLUS AU CHÂTEAU J’IRAI CUISINÉ AVEC TOI AVEC PLAISIR. Je le relance et je vous en reparlerai.

M Soulard bonne retraite, vous le méritez et merci encore pour ce merveilleux séjour à vos côtés.